Yes I Ran it - Aix en Foulées 13 avril 2014 - Paul Matwinch
Activités Sportives Compte rendu de course Prochaines Courses Running

Yes I Ran it – Aix en Foulées 13 avril 2014

Bonjour à toutes et à tous,

 

Ce dimanche 13 avril à 9h00, j’ai enfin couru ma première course officielle (j’ai parlé de ma préparation ici).

 

J’avais choisi l’épreuve des 10 KMs d’Aix en Foulées car elle passait non loin de chez moi et que j’étais sûr, malgré mon petit niveau de débutant d’aller jusqu’au bout de cette « petite » distance.
Profitant de cette proximité, j’ai réalisé la quasi-totalité de mes entrainements et Sorties Longues en repérage sur le tracé officiel de cette course. J’en connaissais donc toutes les « difficultés » et savais gérer mon effort sur ce parcours.

 

J’ai récupéré mon dossard la veille et je me rends donc au départ de cette course relativement serein mais excité par mes échanges avec la communauté de runners dont je suis proche sur twitter. En effet la grande majorité d’entre eux ont pulvérisé leur Record Personnel ( RP ) en compétition.

 

Je pars à pied de chez moi afin de mettre en route mes jambes et me rend au départ de la course situé à 2 kilomètres. Sur place je m’échauffement tranquillement et rejoins le départ. D’un coup, je suis un peu moins serein: du bon stress !

 

C’est une petite course locale, il n’y a donc pas de départ en vague selon le temps espéré, il y a 900 coureurs sur la ligne de départ et là je suis saisi par une angoisse: Où est ce que je me mets ?
Je n’ai pas l’arrogance de me mettre tout devant, je ne voudrai pas gêner et j’ai suffisamment de fierté pour ne pas me mettre tout derrière. Pas évident de juger de la rapidité des concurrents à l’arrêt (Oh toi! T’as une tête à faire du 12 à l’heure )

 

Je me place donc bien au milieu. Première erreur.

 

départaixenfoulees

 

En effet, le départ donné, je mets 30 bonnes secondes à franchir en marchant derrière les autres, la ligne de départ et pendant ce temps le chrono tourne (adieu RP).

 

La ligne franchie, le peloton trottine péniblement, tout le monde se gène et moi-même je gène les coureurs placés derrière moi. A ma prochaine course, je me placerai un peu plus à l’avant au départ. Sans exagération il m’a fallu une bonne minute pour faire 100 mètres.

 

Passé la gène du départ, les écarts se creusant naturellement, j’ai un peu plus de place pour circuler et j’apprécie même, sur les 2 premiers kilomètres, la discussion avec mon voisin de foulées, que j’abandonne plein de fierté à la première montée que je connais par coeur.
Je force un peu pour passe l’obstacle rapidement et me reposerai sur le faux plat et la descente qui suivent.

 

monteeuneaixenfoulees

 

Arrivé à 4,5 kilomètres je suis légérement en retard sur mon RP et je rage de ne pas avoir été plus arrogant au départ.

 

raitaillementaixenfoulees

 

Mais le pire est à venir !

 

Je franchis le kilomètre numéro 5 et aperçois le ravitaillement. Il y a la queue, les gens se bousculent, se gènent (on se croirait au départ). J’attrappe un verre d’eau et heureusement me passe de solide car j’ai des gels sur moi (désolé coach coco ! )

 

Je vide mon verre , le jette dans la benne prévue à cet effet et maudit (sur plusieurs générations qui plus est) ceux qui ont tout jeté par terre. J’évite ces nouveaux obstacles, me faufile entre les concurrents qui ont ralenti pour boire et constate que j’ai encore perdu du temps sur mon chrono cible.

 

Je me dis que cela n’est au final pas très grave, je prends tout de même beaucoup de plaisir à courir au milieu des autres runners, encouragé par le public (sensation nouvelle, agréable et motivante); et le plaisir infini de faire arrêter les voitures lorsque le peloton traverse un carrefour est une juste vengeance envers les automobilistes qui ne respectent pas les passages piétons à l’entrainement.

 

postravitaillement

 

Kilomètre numéro 7, je me sens bien, il faut dire que j’ai 2 minutes de retard sur mon record personnel mais décide d’en garder sous le pied car je sais que le dernier kilomètre est une montée infernale.

 

Arrivé au kilomètre numéro 8, je dispose de 2 bons mètres devant et derrière moi , je retrouve plus de plaisir à courir sans slalomer entre les concurrents.

 

traceaixenfoulees

 

Le dernier kilomètre arrive enfin, avec sa montée tant redoutée, mais j’en ai gardé sous le pied. je pars au sprint avec une aisance dont je suis le premier surpris et je peste dans ma tête : « j’aurais dû accélérer plus tôt ». Je profite de mon accélération pour reprendre une partie de mon retard et exulte de plaisir à chaque concurrent doublé en pleine pente.

 

Enfin la ligne d’arrivée et le chrono apparaissent : 52:30 ?! J’ai vraiment été rapide sur ce dernier kilomètre, j’aurais vraiment dû accélérer plus tôt. Je me pourris mentalement ( quel @#*!) et franchi la ligne en sprintant et assez ému je dois le reconnaitre. Temps retenu 52:44 pour un record perso à 52:04 . Tant pis!

 

lamapix_6723157-1

 

Je file au ravitaillement et reprend des forces.

 

Au final, cette première course officielle est une super expérience durant laquelle j’ai pris beaucoup de plaisir et obtenu un premier chrono officiel pas dégueulasse. J’ai également beaucoup appris de mes petites erreurs au départ et au ravitaillement. Au prochain 10KM officiel, mon RP tombera je me le promets !

 

Quelques heures après la course est apparue une sensation nouvelle que j’appellerai l’appel de la compétition. J’ai planifié plus de 2 mois de courses officielles !

 

Prochaine course: le semi-marathon de Nîmes le 1er mai et avec coach Coco SVP.

 

A bientôt.

 

Paul

 

Envie de laisser un commentaire ? Ca se passe en bas de page ! 😉

12 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Motorisé par: Wordpress