Activités Sportives Running Santé

The Spirit of Liberty -Courir pour le plaisir

Bonjour à toutes et tous,

 

Lorsque j’ai commencé la course à pied , ca n’était pas par plaisir. J’ai choisi ce sport comme activité cardio pour perdre du poids ( je vous parle de ma perte de poids ici) . Mon emploi du temps professionnel n’étant pas stable la liberté de pouvoir sortir courir à n’importe quel moment était le facteur de choix premier.

 

Puis le démon de la course à pied m’attrapant dans ses filets, je devins accro.  Une sortie par semaine, puis 2, puis 3,… jusqu’à courir tous les jours par besoin ; parfois quelques minutes, parfois quelques kilomètres, 1 ou 2 dizaines,… en fonction de mes envies du moment.

 

Je me suis longtemps entrainer au feeling, améliorant mes performances en courses officielles sans m’en tenir à un plan précis, mais toujours avec beaucoup de plaisir.
IMG_2610.JPG

 

L’année dernière je me suis lancé comme défi de courir mon 1er Marathon dès ma première année de pratique. Je me suis alors senti tout petit devant la tache à accomplir et j’ai trouvé du réconfort en essayant de m’astreint à un plan de préparation.

 

J’ai ainsi découvert, la contraignante rigueur nécessaire de ces plans qui vous impose telle ou telle séances, tant de kilométrage à telle allure,… Certes les progrès se sont vite fait sentir, en même temps que mon ennui grandissait. L’année dernière pour palier à cet ennui j’ai pris le départ de nombreuses courses officielles alors le plan l’interdisait, me donnant bonne consciente à me limitant l’allure spécifique préparée pour le grand jour.

 

L’année dernière, je n’ai pas atteint l’objectif espéré (je vous le raconte ici). Lorsque j’ai tenté d’analyser mon échec, je n’ai pu que mettre en évidence mon manque de rigueur dans le suivi du plan de préparation. Alors cette année pour mettre toutes les chances de mon coté, je suis on ne peut plus sérieux . Je respecte avec une précision quasi militaire mon plan et je m’ennuie.

 

IMG_2608.JPG

 

J’attends le jour J, plus tellement pour l’événement en lui –même, mais pour pouvoir reprendre du plaisir, courir selon mes envies, pouvoir aller à la piscine sans me dire que cela va me fatiguer et que ca n’est pas prévu dans le plan, …
IMG_2609.JPG

 

Cela va faire 2 bonnes semaines, que je n’ai plus envie d’aller courir. Alors je me force et une fois la séance réalisée je suis content d’avoir couru, mais l’avant et le pendant sont psychologiquement compliqués.

 

Pourtant j’ai plein d’envies, j’ai envie de me mettre sérieusement à la natation, de tester le triathlon,… Alors j’attends le Marathon de Paris pour être enfin délivré de mon plan d’entrainement et retrouvé le plaisir de pratiquer librement mes activités sportives.

 

Et vous le ras le bol de la préparation vous a-t-il déjà touché ?

 

A bientôt

 

Paul

2 Commentaires

  • 12 mars 2015 - 13 h 41 min | Lien

    Je disais donc que, à mon sens, le plus important dans une prépa, que soit pour un marathon ou une autre distance, c’est tout de même le plaisir de courir, le reste c’est secondaire, à moins de viser un podium (et encore…) …et le plaisir de courir c’est très personnel… certains s’éclatent en ne faisant que de l’EF, d’autres dont je fais partie adorent les plans d’entrainement et certains y vont au feeling alors tu as le choix du roi, as toi de trouver ce qui te convient…en tout cas je trouve ça dommage de ne pas profiter de ce moment qu’est la préparation d’une course à laquelle tu accorde tant d’importance (à juste titre d’ailleurs) et je pense aussi que c’est contre-productif.

    Voilà mon avis sur ton problème du jour ;o))

    Déstresses, cours avec joie et tu verras que ça ira tout seul et puis personne ne t’en voudra si tu ne passe pas sous les 4h00 ou je ne sais quoi, t’as la vie devant toi pour ça…

  • paulmatwinch
    12 mars 2015 - 13 h 44 min | Lien

    Moi je m’en voudrais mais ça va le faire 🙂

  • Et vous ? Vous en pensez quoi ?

    Motorisé par: Wordpress
    %d blogueurs aiment cette page :