Activités Sportives Compte rendu de course Running

Between Earth and Sea – Marseille-Cassis 2014

Bonjour à tous,

 

Je vous le racontais ici, j’ai grâce à un concours gagné un dossard pour courir Marseille-Cassis. Je profite de ce nouvel article pour remercier une nouvelle fois le magazine Shape et New Balance, pour ce cadeau vraiment exceptionnel.

 

J’étais en effet resté frustré de ne pas avoir réussi à m’inscrire, les dossards partant super vite et moi étant bloqué au travail, le temps de me connecter toutes les places avaient étés prises.

 

Grâce à ce concours, j’ai eu le plaisir de retrouver ce 26 octobre au matin, mes copines Vanessa et Eugénie, mais également de faire enfin la rencontre de Fast Yann et Ludirun avec qui j’échange depuis au moins 6 mois, qui vivent à ¼ d’heure de chez moi, que j’ai du croiser sans le savoir sur de nombreuses courses, mais avec lesquels je n’avais jamais discuté de vive voie.

N’étant pas un grand fan de football, c’est après une traversée éclair du Vélodrome, que les organisateurs ont sympathiquement réussi à nous faire traverser et qui a du passionner les fans de l’OM, que je retrouve cette belle brochette de runners .

 

 

IMG_0504

 

 

Après de longues minutes d’attente pour accéder aux toilettes (poésie quand tu nous tiens) et la pause technique rituelle d’avant course, nous prenons ensemble le départ.

 

Je reste un moment au contact d’Eugénie dont j’espère réussir à suivre la cadence et de Vanessa avec qui j’essaie de prendre la pose pour une éventuelle photo départ .

Le temps de sourire aux photographes, Eugénie n’est déjà presque plus reconnaissable dans la foule immense des 15 000 participants de la course. Dommage, car après avoir couru avec elle, le Run In Marseille où j’avais dû , à regret, la laisser filer vers le 15ème kilomètre, je m’étais fixé comme défi de réussir à finir avec elle .

 

J’essaie un moment de revenir à son niveau en slalomant entre les concurrents mais il ya vraiment beaucoup de monde, on se gène et j’ai beaucoup de mal à me frayer un chemin. Au final, au bout de quelques mètres, je ne l’aperçois déjà plus.

 

Je profite alors de la course et de la super ambiance qui règne ici. Le public est venu en nombre nous encourager et ceci jusqu’au pied de la gineste, certains s’étant amassés sur les ponts surplombant le parcours de la course. Des groupes de musique sont placés régulièrement au bord du parcours. Il fait beau, pas trop chaud, pas un poil de vent, les conditions sont optimales.

 

Nous arrivons, au début de l’ascension. La Gineste et son col ne paraissent d’ici pas aussi terribles qu’annoncé, je dois certes fournir un effort constant et supérieur à la normale pour maintenir mon allure mais j’arrive à doubler un nombre important de coureurs, ce qui me rebooste, jusqu’à dépasser le meneur d’allure du moins de 2h15 à 200 mètres du sommet du col de la Gineste.

Tout au long de la montée, le peloton profite d’une vue et d’un panorama exceptionnels sur la mer et sur Marseille. D’en haut on aperçoit le vélodrome d’où nous sommes parti : Frissons garantis

 

J’ai souvenir d’avoir touché l’arche et d’avoir pensé que le plus dur était fait et que la vraie course etait finie.

 

Et ce fut le cas pour moi, tout le reste de la course sera une grande descente et de petits faux plats où j’utiliserai mes grandes jambes et la gravité pour atteindre une allure rapide et soutenue jusqu’à l’entrée de Cassis, doublant au passage Eugénie qui me semble boiter.

 

Je ralenti quelques instants pour prendre de ses nouvelles, elle m’assure que tout va bien et je repars de plus belle.

 

Juste avant l’entrée dans Cassis, je double le meneur d’allure du moins de 2 heures et j’exulte de joie, je pensai finir entre 2h et 2h15, on m’avait peut être un peu sur-vendu la difficulté de la course, à moins que ma prépa Marathon ne porte ses fruits.

 

J’ai juste le temps d’entendre le meneur d’allure intimer la consigne à ses suiveurs d’en garder sous le pied pour la fameuse montée des pompiers… Je l’avais oublié celle-là.

Nous serpentons dans Cassis et arrivons jusqu’à une petite côte dans laquelle j’accélère franchement pour la faire passer plus vite. Je me rendrai compte plus tard que c’était la fameuse côte dont la réputation est un peu exagérée car certes ça monte, mais cela n’a rien d’insurmontable.

Nous attaquons à nouveau des lacets en descente, l’arrivée est toute proche et  sur les cotés quelques runners s’arrêtent en pleurs, ça doit être rageant d’abandonner à ce niveau là et je prie pour ne jamais connaitre cela. Un peu plus loin un camion de pompier bloque la voie pour secourir un concurrent, nous ne passons plus qu’à deux de fronts et perdons quelques secondes sur le chrono.

Au détour d’un dernier virage , c’est enfin les quais du port, la foule est dense et ne se fait pas prier pour donner de la voie. Galvanisé par ses encouragements je pars au sprint en slalomant entre les coureurs. J’accroche un chrono officiel à 1h59 pile poil pour un temps réel à 1h51 .

 

B08sUXYIYAA4MTj

 

Je suis content de ce chrono sous les 2 heures. Cette course est vraiment super est je vous la recommande vivement. Je reviendrai l’année prochaine tenter de décrocher un chrono sous les 1h50 et si je vous ai donné envie, peut être vous y croiserai je .

 

PAULMARS

 

 

Après avoir récupéré ma médaille, je pars au point de RDV rejoindre Yann où je suis rapidement imité par Eugènie, Puis Ludivine et Vanessa.

 

IMG_0555

 

 

Nous remontons tous sur les hauteurs de Cassis. A pied, à froid, après l’effort, la gare semble bien loin. Mais c’est aussi ça Marseille Cassis. Je ne vais d’ailleurs pas me plaindre, le voyage retour en train est gratuit, il y a de la place dans le wagon, je voyage en 1ere et avec 2 copines.

 

TRAINCOP

 

A bientôt .

Paul

Un commentaire

  • 5 novembre 2014 - 17 h 18 min | Lien

    Top ce compte-rendu!
    La course n’a pas été une difficulté pour toi.
    Et l’occasion de côtoyer les runners les plus actifs de twitter =)

  • Et vous ? Vous en pensez quoi ?

    Motorisé par: Wordpress
    %d blogueurs aiment cette page :